Trouvez des commerçants à Gatineau en Outaouais

Blogue


Archives de la catégorie « emploi »

23 000 âmes en peine.

Mercredi, septembre 18th, 2013

Il y a une semaine, on pouvait lire que 23 000 emplois avaient été perdus dans la région de l’Outaouais incluant Ottawa. C’est tout un nombre quand on pense que le cumul régional de gens est d’environ 500 000 personnes. Excluant les calculs savants on peut dire que 5% de la population en force de travailler s’est réveiller un jour ou l’autre sans emploi dans les dernier 12 mois.

Quel impact cela aura-t-il sur l’économie de notre région. Bien que notre municipalité s’enorgueillie d’être une ville d’affaire le taux de petites et moyennes entreprises est bas dans une région ou les produits et services gouvernementaux sont une grosse partie du moteur économique. De plus, l’accès au financement de départ pour les entreprises est rarissime et qui veux s’investir corps et âmes dans une entreprise quand on sait que 23 000 consommateurs ont freiné leur dépense.

Donnons donc à ces 23 000 âmes un revenu annuel moyen de 40 000$, ce qui est très conservateur pour une région de fonctionnaire. C’est 920 millions de dollars qui est redirigé et gérer différemment. En tant que chômeur, la priorité n’est plus la consommation mais la survit et la recherche d’emploi. Fini pour ces derniers l’achat de maison, voiture neuves, vin de garde et souper gastronomique en ville.

J’entends déjà certaines personnes dire : surement des fonctionnaires qui ne faisaient rien de toute façon. Argument moyen si l’on considère que, en moyenne, dans toute entreprise ayant plus de 10 employés, 20% de ceux-ci sont moins compétant que le reste de la masse. Avant de me fustiger sur la place publique, sachez que c’est une statistique commune qui vient de je ne sais plus quel source. Donc le secteur privé comme le secteur public a des pommes pourrîtes.

Revenons à ce salaire annuel moyen de 40 000$. La démocratisation des revenus est surement une des valeurs les mieux cachés de notre appareil publique. Elle semble être encore moins comprise par les gouvernements qui œuvre dans des périodes de restrictions budgétaire. L’accès à la propriété par une famille monoparental dans la région est très difficile si le salaire n’est pas au rendez-vous. Ne vous attendez pas à acheter une très grosse maison dans la région avec un salaire de 40 000$. Et, comparativement à une région comme Shawinigan, pour ne pas la nommé, 100 000$ ne vous achète pas un bungalow plein pied.

Essayons de comprendre quel est cette soif de coupure à tout prix et quel en est le bénéfice réel. Balançons les chiffres en l’air et essayons de prendre les concepts de l’efficience économique. En devenant plus efficient, plus efficace, on peut enfin réduire la taille des dépenses au profit d’une marge de profit plus grande. Le concept de base est excellent mais on oublie que réduire la taille des dépenses suppose réduire la force des consommateurs. On ne réduit pas les dépenses en congédiant un appareil électronique, on réduit les dépenses la plupart du temps sur le capital humain.

Malheureusement, cette soif de profit à tout prix, les fonds mutuels en sont plein, nécessite un croissante constante insoutenable. Entre parenthèse, c’est en Aout que la planète terre a maximiser son rendement pour l’année … autrement dit tout ce qui est consommé après le mois d’aout est consommé sur le dos de l’an prochain. Pour assurer cette croissance constante insoutenable, on jette le bébé avec l’eau du bain… on coupe de façon dramatique dans les emplois jugé « superflus ».

Ajoutons à notre besoin de croissance constant notre besoin de consommé incontrôlable. Si notre rythme de consommation était celui de nos ancêtres il y a 80 ans, nous n’aurions qu’à travailler 15 heures par semaine en moyenne pour suffire à nos besoins. Notre soif de consommation, et les prix exorbitants qui en résultent, fait en sorte que 40 heures semaine de travail suffisent à peine pour avoir assez de sous pour payer le minimum.

Enfin, un tour d’horizon un peu pèle mêle pour vous dire que les 23 000 âmes qui se retrouvent présentement sans emploi dans la région vivent des moments plutôt difficile et que la conjoncture économique, les structures municipales, provinciales et fédérales ne sont pas aligner pour les aider dans leur quête d’emploi. Ce sera aux entrepreneurs de la région de trouver un moyen de leur donner un coup de main….

Bonne semaine…
RMB